Festival d'Amiens

Festival d’Amiens 2014 : «L’abri»

Après « La forteresse » et « Vol spécial », Fernand Melgar clôture sa trilogie avec « L’abri ». Il s’agit d’un documentaire tourné en Suisse dans un bunker abritant la nuit certains sans-abris. Le long-métrage fût présenté en compétition au Festival du Film de Locarno ainsi qu’au Festival International du Film d’Amiens où il reçut le prix de la réalisation. « L’abri » sort dans nos salles françaises le 4 mars 2015.

Synopsis : Un hiver au cœur d’un hébergement d’urgence pour sans-abris à Lausanne. À la porte de ce souterrain méconnu se déroule chaque soir le même rituel d’entrée qui donne lieu à des bousculades parfois violentes. Les veilleurs ont la lourde tâche de « trier les pauvres » : femmes et enfants d’abord, homme ensuite. Alors que la capacité totale de l’abri est de 100 places, seuls 50 « élus » seront admis. Les autres savent que la nuit va être longue.

« L’abri » est un documentaire au sujet délicat qui pourrait trop vite partir dans un pathos larmoyant, où la détresse des sans-abris serait le vecteur d’une émotion factice. Il n’en est rien. Certes, ce qui se passe à l’écran à de quoi interpeller, choquer et émouvoir, mais le long-métrage réalise tout cela avec une rigueur qui fait plaisir à voir. C’est ainsi que le documentaire met en scène deux parties bien distinctes : l’intérieur et l’extérieur du bunker servant à protéger du froid ces sans-domicile-fixe. C’est là que « L’abri » trouve toute sa finesse, en ne prenant jamais réellement partie mais plutôt en démontrant deux points de vues. D’un côté, les personnes voulant accéder à l’hébergement ne comprennent pas toujours qu’on leur refuse l’entrée. De l’autre, les salariés du bâtiment se plaignent de devoir faire un choix cornélien entre plusieurs dizaines de demandeurs quand il ne reste seulement qu’une poignée de place. Un documentaire où l’humain est au centre de tout.

Justement, si « L’abri » marque tant les esprits après visionnage, c’est également grâce à sa palette de personnes, qui deviennent de réels personnages de cinéma. Du patron à la limite du raciste et homophobe, au vieil homme barbu, en passant par le salarié hispanique à la sympathie très forte, les personnalités se suivent et ne se ressemblent pas. Le spectateur assiste alors à un mélange de culture impressionnant où chacun cohabite, plus ou moins bien, avec l’autre. De la tristesse à la joie, toutes les émotions traverseront l’écran grâce à ces différents protagonistes. Répétant très vite un même quotidien, le long-métrage rapprochera le spectateur de plus en plus au près d’eux, allant presque à créer une fausse intimité avec ces derniers. Fausse intimité mais réelle perception de ces hommes, « L’abri » fonctionne grâce à son authenticité, qui ne sonne jamais fausse, et qui est véhiculée par ces personnalités marquantes que le spectateur n’est pas prêt d’oublier.

La réalisation de Fernand Melgar joue énormément sur cette proximité avec les personnages qui ne devient jamais trop voyeuriste, mais reste dans un état de témoignage personnel. Caméra à l’épaule, le réalisateur arpente les couloirs et suit à la trace le parcours des différentes personnes, sans jamais gâcher les cadres et les plans par un tremblement permanent. De même, le montage du long-métrage n’amène pas le documentaire à prendre un parti. C’est, là aussi, l’une de ses grandes réussites. Il se contente d’amener les faits à l’écran, ne pointant jamais du doigt les gentils et les méchants, mais démontrant toujours l’humain au milieu de tout cela. La réalisation et le montage s’allient pour offrir aux spectateurs une vision humaine et intime dans le quotidien de ces personnes. Un documentaire authentique où tout est livré avec parcimonie mais avec une vraie force, offerte par le montage, la réalisation et la simplicité des protagonistes.

« L’abri » est un documentaire très juste, tant dans le fond que dans la forme. Grâce à une galerie de personnages aussi touchants que drôles, le long-métrage apporte un véritable regard sur le sujet où l’humain est le problème et la réponse à tout.

L_abri

L’abri. De Fernand Melgar.

Sortie le 4 mars 2015.

Ce film a été vu dans le cadre de la compétition officielle du 34ème Festival International du Film d’Amiens.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s