Au cinéma

Au cinéma : «Carol»

Bien parti dans la course aux récompenses avec d’ores et déjà une vingtaine de trophées à son actif dont un prix d’interprétation féminine raflé à Cannes, Carol est le film dont tout le monde parle en cette faste saison des prix. Cette adaptation du roman Le Prix du sel de Patricia Highsmith, par la scénariste Phillys Nagy, aura mis plus de quinze années à arriver sur le grand écran. Mis en scène par Todd Haynes, réalisateur rare mais apprécié par la critique (Loin du Paradis, I’m Not There.), Carol risque de faire chavirer bien des coeurs.

Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

Quand un projet est façonné avec autant d’amour et de passion pour son sujet, le succès ne peut qu’être de tous les plans. De la mise en scène aux accords de musique en passant par la performance des actrices, Carol se révèle être un mélodrame d’une poésie et d’un romantisme fous emportant tout sur leur passage.

En retranscrivant le cadre hivernal du New-York des années 1950 à travers une pellicule Super 16mm, Todd Haynes libère tout le charme de son élégante mise en scène, magnifiée par la photographie racée d’Edward Lachman. Au sein de cette esthétique somptueuse, une histoire d’amour impossible entre deux femmes, Carol et Therese. Issues de milieux différents et malgré les moeurs de l’époque, l’attirance qu’elles éprouvent l’une pour l’autre est plus forte que le reste.  Prisonniers derrière des vitres glacées, les sentiments n’attendent que de s’exprimer. C’est tout en subtilité, dans le non-dit, que les personnages vont se livrer. Et l’émotion de percer.

Un sourire discret, un regard fuyant, une main sur une épaule… D’un geste apparemment futile, beaucoup de choses se traduisent. L’alchimie totale qui se dégage des deux protagonistes en est en grande partie responsable. Oscarisée il y a à peine deux ans, Cate Blanchett pourrait bien réitérer l’exploit avec cette composition majestueuse. Sublimée dans les costumes de la multi-récompensée Sandy Powell, l’actrice est impériale et laisse exploser toute sa cinégénie devant la caméra. À ses côtés, Rooney Mara apparaît bouleversante et n’est pas sans rappeler Audrey Hepburn dans une performance à fleur de peau.

Traitant à la fois des conséquences qui découlent d’une relation intolérée par la société, Carol évoque également les injustices subies par les femmes face au patriarcat à une époque où elles étaient plus ou moins forcées de voir en l’homme un point de référence. Des thématiques encore tristement actuelles qui renforcent la dramaturgie du film. Mais au-delà de ça, Carol représente également une histoire universelle évoquant le premier coup de foudre, la passion amoureuse qui s’en suit et les douleurs sentimentales à surmonter… Ce dans quoi tout un chacun saura se reconnaître au son de l’exquise bande originale de Carter Burwell.

Todd Haynes confirme qu’il est un réalisateur à suivre de très près. Conciliant une plastique d’une classe folle à un récit conté tout en retenue et porté par deux actrices au firmament, Carol est le plus beau cadeau de Noël que le cinéma pouvait nous offrir en cette fin année.

008997

Carol. De Todd Haynes. Avec Cate Blanchett, Rooney Mara, Sarah Paulson, Jake Lacy, Kyle Chandler, Carrie Brownstein, Cory Michael Smith, John Magaro, …

Sortie le 13 janvier 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s