Au cinéma/Festival d'Amiens

Festival d’Amiens 2015/Au cinéma : «Eva ne dort pas»

Après « Salamandra », le réalisateur Pablo Agüero nous livre son deuxième long-métrage : « Eva ne dort pas ». Gael García Bernal, Denis Lavant, Pepi Monia et Imanol Arias interprètent les rôles principaux. Pablo Agüero signe le scénario, d’après des faits réels. Le long-métrage fût présenté, en compétition, au 35ème Festival International du Film d’Amiens, où il reçut le prix de la ville d’Amiens, récompensant la meilleure réalisation. « Eva ne dort pas » sort dans nos salles françaises le 4 mai 2016.

Synopsis : 1952, Eva Perón vient de mourir à 33 ans. Elle est la figure politique la plus aimée et la plus haïe d’Argentine. On charge un spécialiste de l’embaumer. Des années d’effort, une parfaite réussite. Mais les coups d’état se succèdent et certains dictateurs vulent détruire jusqu’au souvenir d’Evita dans la mémoire populaire …

« Eva ne dort pas » n’est pas réellement un documentaire. « Eva ne dort pas » n’est pas réellement, non plus, une fiction. En réalité, le long-métrage se trouve dans un entre-deux, devant une œuvre hybride, encore plus forte. En effet, en alternant images d’archives et séquences fictionnelles, la narration prend une tournure dès plus intéressante où chacune des parties se répondent habilement. De plus, derrière le message politique et social puissant, le scénario de Pablo Agüero livre, avant tout, une histoire sur l’humain. Avec une facilité déconcertante, cette production évite également la complexité de retranscrire une telle histoire, s’écoulant sur de nombreuses années, en simplifiant son approche. Au final, c’est une plongée intense dans l’histoire argentine, et à travers une icône envoûtante, que nous propose « Eva ne dort pas ». Il est d’autant plus impressionnant de constater l’aspect hypnotisant de tout cela, porté par des personnages singuliers et brillamment écrit.

Justement, au cœur de tous les protagonistes du long-métrage, on retrouve la figure de Eva Perón. D’autant plus que cette dernière est représentée de deux façons, la Eva Perón des images d’archives et la Eva Perón des séquences de fiction, mais où l’une sert l’autre et inversement. C’est là où l’écriture du personnage est intelligente, démontrant une figure forte dans les images d’archives et en faisant d’elle une sorte d’arche d’alliance dans l’aspect fictionnel. Dans les rôles principaux, Gael García Bernal et Denis Lavant brillent de talent. Alors que le premier est utilisé à contre-emploi, campant un général de la dictature aux traits sévères, le deuxième s’avère très fort en tension, portant à lui seul l’une des plus belles scènes du long-métrage. De plus, le découpage en trois actes narratifs, pour les trois personnages de fiction, fonctionne à merveille, livrant trois visions singulières d’une même histoire, permettant à « Eva ne dort pas » de ne pas avoir un propos fermé sur tout cela.

À la réalisation, Pablo Agüero offre une mise en scène soignée, et une esthétique visuelle stylisée. Dès les premières minutes de « Eva ne dort pas », avec ce long plan de soldats en marche sur une route, derrière une pluie aux allures de mirages : le long-métrage devient hypnotique. C’est dans cet adjectif que ce cache la plus grande qualité de la réalisation de Pablo Agüero, puisqu’il interpelle, durant chaque seconde, l’oeil du spectateur. Allié à la sublime direction photographique de Ivan Gierasinchuk, le long-métrage dévoile un univers presque surréaliste, où tout se trouve magnifié. De même, la composition musicale de Valentin Portron sait se faire discrète dans les moments charnières, permettant à une tension de prendre tous les devants. Au final, « Eva ne dort » est un long-métrage impressionnant de justesse et de rigueur, crée entre réalité et fiction, n’est-ce pas là, le plus bel espace que se doit de camper le cinéma ?

 « Eva ne dort » est une proposition cinématographique à la fois riche, superbe et intelligente, où l’Histoire est au service de la créativité, et réciproquement. Porté par des figures fortes en charisme et prestance, le long-métrage est une réussite en tous points.

121004

Eva ne dort pas. De Pablo Agüero. Avec Gael García Bernal, Denis Lavant, Pepi Monia, Imanol Arias, Daniel Fanego, Ailín Salas, Sofia Brito, Miguel Angel Sola, …

Sortie le 4 mai 2016.

Ce film a été vu dans le cadre de la compétition officielle du 35ème Festival International du Film d’Amiens.

Publicités

3 réflexions sur “Festival d’Amiens 2015/Au cinéma : «Eva ne dort pas»

  1. Pingback: Festival d’Amiens : Journal de bord n°5 | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Festival d’Amiens 2015 : Journal de bord n°4 | Ma Semaine Cinema

  3. Pingback: Festival d’Amiens 2015 : Interview de Pablo Agüero pour «Eva ne dort pas» | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s