e-Cinéma

e-cinéma : «MI-5 Infiltration»

Après « Miss Pettigrew », sorti en 2009, et quelques épisodes télévisés de « MI-5 », « Torchwood » et « Les 100 », Bharat Nalluri nous livre son nouveau long-métrage : « MI-5 Inflitration ». Peter Firth, connu pour son rôle dans la série télévisée « MI-5 », et Kit Harington, révélé grâce à la série télévisée « Game of Thrones » tiennent les rôles principaux. Jennifer Ehle, Elyes Gabel, Lara Pulver et Tuppence Middleton complètent le casting. Jonathan Brackley et Sam Vincent signent le scénario, d’après la série télévisée « MI-5 ». « MI-5 Infiltration » sortait en France en e-cinéma le 18 septembre 2015.

Synopsis : Quand le dangereux terroriste Adem Qasim échappe à la garde des services secrets du MI-5 lors d’un banal transfert, le celèbre agent Harry Pearce, à la tête de l’unité antiterroriste, est accusé. Un scandale jamais vu dans l’histoire du MI-5. Alors que la suspicion grandit et que l’on recherche d’éventuelles complicités au plus haut sommet du pouvoir, l’espion déchu Will Holloway est la seule personne à pouvoir reconstituer le puzzle. La traque commence …

À la vue du scénario de « MI-5 Infiltratrion », il paraît évident que celui-ci se considère, simplement mais avec efficacité, comme un pur divertissement, ne cherchant jamais à dépasser ce stade. Alors oui, « MI-5 Infiltration » possède des influences très proches de « La recue », notamment dans la mise en place de la relation entre Harry Pearce et Will Holloway, les deux protagonistes, mais cela ne tourne jamais à la contre-façon facile. De même, le long-métrage oublit toute notion d’appronfondissement narratif, au profit de cascades, de coups bien placés et de retournements scénaristiques que l’on verra venir à des kilomètres … C’est bien simple, le scénario de ce long-métrage tient sur un bout de papier, tant l’intrigue est superficielle et convenue. Soit, « MI-5 Inflitration » n’est pas un grand film d’espionnage, et ne cherche jamais réellement à l’être, préférant se contenter de n’être qu’un film divertissement de seconde zone, non moins efficace.

Dans les rôles principaux, on retrouve Peter Firth, qui reprend le rôle qu’il tenait dans la série télévisée « MI-5 », et Kit Harington, nouveau venu dans l’univers. Il faut avouer que l’alchimie entre les deux acteurs fonctionne de manière plus que correcte, tandis que le premier incarne le vieux patriarche, le deuxième se veut davantage farouche. Si ces deux personnages sont caricaturés jusqu’à l’os, rendant parfois incompréhensible leurs choix et ne permettant pas aux acteurs d’offrir une interprétation de qualité, ils servent le long-métrage, à l’image du scénario, avec simplicité et efficacité. Les personnages secondaires portent extrêmement bien leur titre, tant ils ne sont que des pions, servant à faire avancer l’histoire, centrée sur les personnages de Peter Firth et Will Holloway. Encore une fois, « MI-5 Inflitration » prouve sa volonté de livrer un spectacle sans prise de tête, où les personnages sont présentés le plus simplement possible.

La réalisation de Bharat Nalluri se rapproche essentiellement d’un aspect télévisuel. L’artistique n’a pas de place dans sa mise en scène, tout y est consacré à l’efficacité et à l’information que l’image donne au spectateur pour la suite des aventure des deux personnages principaux. C’est ainsi que sa caméra, souvent hasardeuse dès que celle-ci se trouve en mouvement, tremblera beaucoup à l’image. C’est ainsi que le spectateur perdra de vue quelques bons moments de castagnes … De même, la direction photographique de Hubert Taczanowski, monotone et sans âme, accentue cette volonté non-esthétique du long-métrage. Il en est de même pour la bande-originale de Dominic Lewis, qui ne marque jamais l’oreille et se fait très vite oublier, portant, à peine convenablement, le long-métrage. « MI-5 Inflitration » est réalisé et conçu de manière à concentrer le spectateur sur sa qualité majeur, son aspect divertissant issu du scénario, en oubliant clairement d’y mettre la forme.

« MI-5 Inflitration » est un long-métrage lambda dans le genre. À la fois efficace et paresseux, il n’en restera qu’une production au rabais, où même la bonne volonté des acteurs et le côté plaisant du scénario n’y changeront rien. Plaisir coupable pour certains, affreuse redondance pour les autres.

mi-5

MI-5 Infiltration. De Bharat Nalluri. Avec Peter Firth, Kit Harington, Jennifer Ehle, Elyes Gabel, Lara Pulver, Tuppence Middleton, Tim McInnerny, David Harewood, …

Sortie en France en e-cinéma le 18 septembre 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s