Direct-to-DVD

Direct-to-DVD : «Adventureland, un job d’été à éviter»

Après « En route vers Manhattan » et « SuperGrave », Greg Mottola nous livre sa troisième réalisation : « Adventureland, un job d’été à éviter ». Jesse Eisenberg, aperçu dans « Le village », et Kristen Stewart, révélée grâce à ses rôles dans « Panic Room » et « Twilight, chapitre I : Fascination », tiennent les rôles principaux. Ryan Reynolds, Martin Starr, Bill Hader et Kristen Wiig complètent le casting. Greg Mottola signe, lui-même, le scénario du long-métrage. « Adventureland, un job d’été à éviter » sortait en France directement en DVD le 13 novembre 2012.

Synopsis : 1987. À peine diplômé de l’université, un jeune homme réalise qu’il n’aura pas les moyens de se payer son tour d’Europe. Obligé de travailler dans le parc d’attractions local, il se rend finalement compte qu’il y a partout des expériences à vivre …

« Adventureland : un job d’été à éviter » est typiquement une production jouant la carte du vintage, tout en développant des thématiques intemporelles, dont le passage de l’adolescence à la vie adulte. De manière ingénieuse, le scénario se déroule durant l’été entre l’obtention d’un diplôme universitaire et la recherche d’un avenir professionnel du personnage principal, tout en calquant, dans ce parc d’attractions où il travaillera deux mois, les codes et clichés de l’université. C’est alors que l’on retrouve tous les éléments propres à ce lieu (échelle sociale, bizutage, autorité absurde et romance adolescente), mais où le décalage de l’environnement apporte une fraîcheur à l’ensemble. Néanmoins, des thématiques plus fortes, véhiculées principalement par le personnage de Emily, sont présentes. Entre insouciance de l’adolescence et dureté de la vie adulte, « Adventureland : un job d’été à éviter » capte l’essence même de cette période de la vie, injuste et formidable à la fois.

Dans le rôle principal, Jesse Eisenberg explore les méandres de l’adolescence avec une certaine justesse dans l’approche des sentiments de son personnage. À ses côtés, Kristen Stewart offre une prestation extrêmement convaincante d’une jeune adulte perdue dans cette nouvelle voie de la vie. Il y a un équilibre intéressant qui ce créé à l’écran, en plus d’une formidable alchimie entre les deux acteurs, où les deux acteurs contre-balancent toujours le jeu d’acteur de l’autre. Martin Starr se révèle une nouvelle fois excellent dans le rôle de cet étudiant en lettres, légèrement has-been mais tellement attendrissant. Tandis que Bill Hader et Kristen Wiig, tous deux extrêmement bons, proposent une forme d’autorité adulte complètement loufoque, ne créant jamais un trop grand fossé avec les personnages plus jeunes, et s’inscrivant comme un grand frère et une grande sœur de cette communauté adolescente, que l’on n’aurait presque pas envie de quitter …

La réalisation de Greg Mottola ne se veut jamais dans l’excès de style ou de gimmicks cinématographiques. Au contraire, il en fait l’économie, cherchant davantage un certain réalisme, quitte à livrer quelques plans tremblants, mais où l’intimité des personnages en est le centre. Ainsi, la plupart des plans, des cadres et le montage, rejoignent l’esthétisme simpliste en apparence, mais tellement efficace, du teen-movie des années 80. Dans cette idée, la soundtrack se veut dans l’ère de l’époque, portant les sentiments et propos du scénario. La direction de la photographie de Terry Stacey apporte un grain intriguant à l’image, jouant une nouvelle fois sur l’aspect vintage du long-métrage. « Adventureland : un job d’été à éviter », malgré sa simplicité technique, se révèle terriblement efficace dans la manière d’amener et de regarder, à travers ce prisme qu’est le long-métrage, l’adolescent devenir adulte.

« Adventureland : un job d’été à éviter » est un teen-movie moderne, jouant sur l’aspect vintage de sa forme, tout en proposant des thématiques qui traversent les décennies. Les acteurs, tous formidables, portent, par leur charisme, le long-métrage.

8717418175702

Adventureland : un job d’été à éviter. De Greg Mottola. Avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Bill Hader, Kristen Wiig, Ryan Reynolds, Martin Starr, Margarita Levieva, …

Sortie en France directement en DVD le 13 novembre 2012.

Publicités

2 réflexions sur “Direct-to-DVD : «Adventureland, un job d’été à éviter»

  1. Pingback: Dossier : John Hughes, la voix de l’adolescence | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Dossier : Le teen-movie aujourd’hui, | Ma Semaine Cinema

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s