Au cinéma

Au cinéma : «American Ultra»

Après sa première réalisation, « Projet X » en 2012, Nima Nourizadeh nous livre son deuxième long-métrage : « American Ultra ». Jesse Eisenberg et Kristen Stewart, déjà tous deux à l’affiche de « Adventurelant : un job d’été à éviter », tiennent les rôles principaux. Topher Grace, Connie Britton et Walton Goggins complètent le casting. Max Landis, scénariste de « Chronicle », signe le scénario du long-métrage. « American Ultra » sortait dans nos salles françaises le 19 août 2015.

Synopsis : La vie paisible et sans ambition de Mike Howell, avec sa petite-amie Phoebe, se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, il est en fait un agent dormant surentraîné dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer …

Derrière les premières (très) longues minutes de « American Ultra » se cache un postulat de base, propice à un long-métrage complètement décomplexé et jubilatoire. Si le scénario de Max Landis se trouve être bien trop irrégulier, certaines des péripéties de Mike et Phoebe, personnages principaux du long-métrage, sont savamment bien écrits, offrant de franches rigolades. Néanmoins, bien trop souvent, « American Ultra » se retrouve entre deux intentions, deux directions, et n’arrive jamais à les faire cohabiter convenablement. Dans un premier temps, on découvre une comédie sous acide complètement folle, puis elle s’échappe de ce cocon pour aller vers une sorte de parodie assumée du genre, avant de se vouloir comme un véritable film d’action. À défaut de réussir tout ce qu’il entreprend, « American Ultra » reste une bouffée d’air frais, aussi festif que bon enfant, et où le spectateur y trouvera ce qu’il vient y chercher : un bon divertissement.

Dans les deux rôles principaux de Mike et Phoebe, on retrouve le duo Jesse Eisenberg/Kristen Stewart, déjà tous deux à l’affiche de « Adventureland, job d’été ». L’alchimie entre les deux jeunes acteurs est toujours intacte, si ce n’est même plus forte. Jesse Eisenberg propose un contraste intéressant à son personnage, lui offrant deux facettes aux exacts opposés, entre son assurance au combat et sa crainte devant la violence. Kristen Stewart se révèle, une nouvelle fois, très convaincante, certes dans un rôle convenu, mais qu’elle incarne de manière plus que correcte. L’une des bonnes surprises du casting arrive du côté des méchants de l’intrigue, alors que Topher Grace cabotine dans ce rôle de méchant de la C.I.A., Walton Goggins surprend dans celui d’un tueur psychopathe qui rit à bouche grande ouverte. Sans nul doute, la fraîcheur et la sympathie générées par l’ensemble du casting, apporte à « American Ultra » une qualité indéniable en matière de joyeuse comédie barrée.

À la vue de « American Ultra », une chose est certaine : la réalisation de Nima Nourizadeh s’est clairement améliorée depuis « Projet X », son unique long-métrage jusqu’alors. En effet, les cadres sont davantage pensés, les mouvements de caméra également, pour preuve ce plan-séquence dans le super-marché en fin de long-métrage, ou parfois le montage de quelques séquences qui gagne en esthétisme. Néanmoins, tout ceci reste encore bien trop hasardeux. Le plan-séquence, et la majorité des scènes d’actions, ne sont pas assez lisibles, tandis que le prologue et l’épilogue sont d’une lenteur soporifique, la faute à un montage pas adéquate. De plus, la composition musicale de Marcelo Zarvos ne vient jamais dynamiser l’ensemble, tout comme la direction photographique de Michel Bonvillain, bien trop homogène sur la durée. « American Ultra » ne réussira pas à se projeter au niveau de productions telles que « Bienvenue à Zombieland », qu’il essaye désespérément d’égaler.

« American Ultra » est une comédie barrée, au potentiel scénaristique incroyable. Si le long-métrage divertit pleinement, il lui manque cette rigueur dans la tenue générale du long-métrage, afin de devenir mémorable.

355302

American Ultra. De Nima Nourizadeh. Avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Topher Grace, Connie Britton, Walton Goggins, John Leguizamo, Bill Pullman, Tony Hale, …

Sortie le 19 août 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s