Au cinéma

Au cinéma : «La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil»

Après « Gainsbourg (vie héroïque) » et « Le chat du rabbin », Joann Sfar nous livre sa troisième réalisation : « La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil ». Freya Mavor, aperçue dans les séries télévisées « Skins » et « New Worlds », tient le rôle principal. Benjamin Biolay, Stacy Martin et Elio Germano complètent le casting. Gilles Marchand, co-scénariste de « Harry, un ami qui vous veut du bien », « Lemming » ou encore « Main dans la main », et Patrick Godeau signent le scénario d’après l’œuvre littéraire homonyme de Sébastien Japrisot. « La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » sortait dans nos salles françaises le 5 août 2015.

Synopsis : Elle est la plus rousse, la plus myope, la plus sentimentale, la plus menteuse, la plus vraie, la plus déroutante, la plus obstinée, la plus inquiétante des héroïnes. La dame dans l’auto n’a jamais vu la mer, elle fuit la police et se répète sans cesse qu’elle n’est pas folle … Pourtant …

« La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » se trouve être assez dérangeant dans son commencement, tant la narration est éparpillée dans tous les sens. Ainsi, dès les premières minutes, le scénario du long-métrage s’amuse du spectateur, lui montrant le personnage principal à différents endroits, où, pourtant, une voix-off uniformise le tout. Réalité, fantasme, hallucination … un peu des trois à la fois ? « La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » est un thriller, dans le fond assez simple, mais complexe par son cheminement torturé de joutes narratives. L’influence de l’œuvre d’Alfred Hitchcok ou encore de Brian De Palma sur cette œuvre cinématographique est plus qu’évidente, partageant un même goût pour les histoires bien huilées et tendues. La plus grande réussite du scénario, signé Patrick Godeau et Gilles Marchand, est sa crédibilité, malgré ses airs surréalistes, et sa capacité à entraîner le spectateur, aisément, dans une douce folie amère.

Dans le rôle principal de Dany, la dame dans l’auto, on découvre Freya Mavor. Si, en apparence, elle peut sembler frêle et fragile, la jeune actrice britannique révèle un talent de jeu assez impressionnant. De sa première apparition à la dernière, aucune fausse note ne retentira dans la composition de son personnage, allant même instaurer un crescendo, très fort, dans la psychologie et l’allure de celui-ci. De plus, Freya Mavor possède ce petit côté « beauté fatale » sans jamais le forcer, et joue d’une naïveté, presque touchante. À ses côtés, Benjamin Biolay prouve, une nouvelle fois, qu’il possède une véritable force à l’écran, grâce à un personnage peu bavard mais extrêmement puissant dès que celui-ci est présent. Stacy Martin, découverte dans le diptyque « Nymphomaniac » de Lars von Trier, rejoint les deux interprétations de ses partenaires, en provoquant un sentiment de force tranquille, tout en ne parlant que très peu. Quand l’attitude est plus forte que les mots.

À la réalisation Joann Sfar, avec cette troisième réalisation, démontre qu’il est l’un de meilleurs jeunes réalisateurs français, grâce à une créativité narrative et visuelle, qui fonctionnent parfaitement, ainsi que grâce à une grammaire cinématographique, complètement assimilée. De plus, Joann Sfar possède un véritable sens du montage, tant la cacophonie chronologique aurait pu malmener le long-métrage. D’un aspect, assez dérangeant, le réalisateur français en fait l’un de ses atouts, grâce à des inserts bien pensés et un découpage fluidifiant la narration. L’ensemble est magnifié par la direction photographique de Manuel Dacosse, allié aux cadrages de la réalisation et à la composition musicale d’Agnès Olier, offrant une esthétique et une identité propre, véritables piliers de l’ambiance, au long-métrage. « La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » est un voyage magnifique et déconcertant, à travers les routes et les esprits, à bord d’une thunderbird verte.

« La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » est une réussite, tant dans le fond que la forme. Grâce à un scénario brillamment écrit, une réalisation maîtrisée et millimétrée, et ainsi qu’une interprétation sans faute de Freya Mavor, ce long-métrage s’impose comme l’un des meilleurs thrillers de ces dernières années.

503081

La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil. De Joann Sfar. Avec Freya Mavor, Benjamin Biolay, Stacy Martin, Elio Germano, Thierry Hancisse, Sandrine Laroche, …

Sortie le 5 août 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s