Au cinéma

Au cinéma : «Absolutely Anything»

Après « Erik le viking », Terry Jones nous livre sa nouvelle réalisation : « Absolutely Anything ». Simon Pegg, révélé grâce à ses rôles dans « Shaun of the dead », « Stat Trek » ou encore « Mission Impossible III » interprète le personnage principal. Kate Beckinsale, Rob Riggle, ainsi que Terry Jones, Michael Palin, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle et Robin Williams complètent le casting. Terry Jones, co-scénariste de « Monty Python : sacré Graal » ou de « Monty Python : la vie de Bryan », et Gavin Scott, co-scénariste de « Small Soldiers », signent le scénario du long-métrage. « Absolutely Anything » sort dans nos salles françaises le 12 août 2015.

Synopsis : Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité …

Nouveau long-métrage réunissant les cinq membres de la célèbre troupe comique britannique les Monty Python, des années après « Monty Python, le sens de la vie », « Absolutely Anything » ne réussit pas l’exploit de ses prédécesseurs en terme de franche drôlerie. Si le long-métrage est très drôle, on ne reconnaît que trop rarement la patte, si singulière des humoristes britanniques. En effet, « Absolutely Anything » ressemble davantage à une production standardisée, qu’à un véritable long-métrage « made in Monty Python ». Néanmoins, cela ne l’empêche pas d’être très drôle, grâce à de brillantes idées de scénario, telles que les crottes qui marchent ou encore les différents souhaits émis par le personnage principal. On pourrait également croire que le long-métrage ne ressemble qu’à un « Bruce tout-puissant » bis. Il n’en est rien, tant il part vers un autre sens, malgré un postulat de base similaire. On regrettera juste que « Absolutely Anything » ne soit qu’une bonne comédie formatée.

Dans le rôle principal, on retrouve Simon Pegg, l’un des leaders d’une nouvelle génération d’humour à l’anglaise. Si l’acteur britannique est toujours excellent, dans ce genre où il excelle, il lui arrive par moment de s’égarer dans un jeu d’acteur trop proche de la parodie, désarmant certains gags. À ses côtés, Kate Beckinsale interprète la jolie voisine du personnage principal, et malgré un charme indéniable, elle ne réussit pas à lui offrir une consistante autre que celle de la jolie voisine … Les Monty Python (Terry Jones, Michael Palin, John Cleese, Terry Gilliam et Eric Idle) prêtent leurs voix aux différents extraterrestres. Leur présence est si mineure à l’écran que leur travail vocal reste anecdotique, même si quelques savoureux dialogues s’immiscent dans ce temps restreint. La véritable bonne idée, de la part du casting vocal, est celle de Robin Williams dans le rôle du chien, Dennis. Drôle et toujours dans la bonne tonalité, l’acteur prouve, une ultime fois, son talent de doubleur.

À la réalisation, Terry Jones livre une mise en scène, en somme basique où il se contente de filmer les événements sans réel soucis d’esthétisme ou de cadrage. On se retrouve avec un long-métrage, privilégiant le fond à la forme, qui est d’une formalité déconcertante face au culot et à l’extravagance du fond. Même les séquences spatiales avec les extraterrestres restent très sages, et ne sont principalement que des vulgaires champs/contre-champs. Le montage est également vecteur de tracas durant le visionnage de « Absolutely Anything », alternant rythme effréné et de lourde longueur, malgré sa durée très courte d’une heure et vingt-cinq minutes. Si le long-métrage possède tous ces défauts, il en reste une comédie, certes ressemblant à toutes les autres, mais qui bénéficie d’une certaines qualité dans cette standardisation. La désagréable impression de voir une production faisant le strict minimum reste assez désagréable à l’œil, tout de même …

« Absolutely Anything », loin d’être une mauvaise comédie, est une production standard, comme il en existe trop souvent. Malgré sa qualité de drôlerie, le long-métrage ne dépasse jamais ce stade … ce qui l’empêche de devenir un objet cinématographique mémorable.

affiche

Absolutely Anything. De Terry Jones. Avec Simon Pegg, Kate Beckinsale, Rob Riggle, Sanjeev Bhaskar, Marianne Oldham et les voix originales de Terry Jones, Michael Palin, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle et Robin Williams, …

Sortie le 12 août 2015.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Absolutely Anything»

  1. Pingback: Top & Flop 2015 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s