Au cinéma

Au cinéma : «Les Minions»

Après « Moi, moche et méchant » et « Moi, moche et méchant 2 », Pierre Coffin, cette fois-ci aidé par Kyle Balda, nous livre sa nouvelle réalisation : « Les Minions ». Sandra Bullock, Jon Hamm, Michael Keaton ou encore Geoffrey Rush prêtent leur voix aux différents personnages. Brian Lynch, scénariste des longs-métrages d’animation « Hop » et « Le chat potté », signe le scénario. « Les Minions » sortait dans nos salles françaises le 8 juillet 2015.

Synopsis : À l’origine de simples organismes monocellulaires de couleur jaune, les Minions ont évolué au cours des âges au service de maîtres plus abjectes les uns que les autres. Les disparitions répétitives de ceux-ci, des tyrannosaures à Napoléon, ont plongé les Minions dans une profonde dépression. Mais l’un d’eux, prénommé Kevin, a une idée. Flanqué de Stuart et de Bob, Kevin par à la recherche d’un nouveau patron malfaisant pour guider les siens …

Personnages hilarants de la franchise « Moi, moche et méchant », est-ce que les Minions méritaient un long-métrage rien qu’à eux ? À la vue de ce dernier, sobrement intitulé « Les Minions », il paraît évident que la réponse est non. En effet, si les blagues fonctionnent toujours autant et que les Minions possèdent ce charisme presque irréprochable, cette nouvelle production n’a strictement rien à raconter. L’intrigue, celle de ces trois minions à la recherche d’un « big boss », ne se trouve être qu’un prétexte aux mésaventures de ces protagonistes jaunes à la salopette bleue. Durant les premières minutes, le fait que le scénario n’ait rien à dire ne gêne pas puisque sur une courte durée cela fonctionne, sauf que « Les Minions » dure une heure et trente et une minutes. Le long-métrage devient alors un sketch trop long, où le spectateur se demandera durant l’épilogue : « tout ça pour ça ? », tout en frôlant l’overdose de ces petits bonhommes jaunes …

Justement, les personnages principaux, les trois Minions Kevin, Bob et Stuart, sont extrêmement bien construits dans le sens où chacun à une personnalité bien distincte et reconnaissable. On prend un malin plaisir à regarder ces trois personnages évoluer de manière catastrophique dans l’univers qui les entoure, et ils se trouvent être très drôles, dans leur langage et leurs idées farfelues. Avec une économie de moyen, Kevin, Bob et Stuart créent des gags très bêtes, mais tout aussi drôles, notamment avec une seule cloche, sûrement la meilleure blague du long-métrage. À leurs côtés, on découvre de nouveaux personnages humains, en la personne de Scarlett Overkill et Herb Overkill. C’est sûrement ici que le scénario perd tout intérêt, tant ces deux personnages sont dénués de traitement et de charisme. On se retrouve face à des stéréotypes, des caractères « déjà-vu » et d’une crétinerie de mauvais goût. En réalité, les personnages sont aussi mignons en apparence, que vide en consistance.

En ce qui concerne l’aspect de ces personnages, l’animation, bien que très travaillée, rejoint exactement, aux détails près, celle de la franchise « Moi, moche et méchant ». Il est dommage que « Les Minions » ne puissent pas s’offrir une identité propre, plutôt que de calquer celle de ces prédécesseurs. De plus, le générique de début du long-métrage amenait une animation plus singulière, mais qui, malheureusement, disparaît en même temps que le titre à l’écran. La réalisation de Pierre Coffin et Kyle Balda fait le travail, sans forcément chercher des angles, des mouvements de caméra et autres éléments de montage moins conventionnels. L’animation permet une liberté, quasi-totale en terme de mise en scène, mais celle de « Les Minions » se veut juste rythmé et légèrement formatée … Au final, cette production donne, une fois de plus, l’impression de tout miser sur les bêtises de ces protagonistes. Est-ce bien suffisant ? … Il faut croire que non.

« Les Minions » prouve que de bons rôles secondaires ne sont pas forcément de bons personnages principaux. Malgré une drôlerie souvent présente, le long-métrage ne reste qu’un prétexte, sans consistante, afin de mettre ces petits bonhommes jaunes en haut de l’affiche, quitte à risquer le « too much ».

080813

Les Minions. De Pierre Coffin et Kyle Balda. Avec les voix originales de Sandra Bullock, Jon Hamm, Michael Keaton, Geoffrey Rush, Steve Coogan, Pierre Coffin, …

Sortie le 8 juillet 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s