Au cinéma

Au cinéma : «Les souvenirs»

Après « Sans arme, ni haine, ni violence » et « Quand je serais petit », Jean-Paul Rouve nous livre sa troisième réalisation, « Les souvenirs ». Il s’agit de l’adaptation du roman homonyme de David Foenkinos. L’écrivain signe le scénario avec Jean-Paul Rouve. Annie Cordy, Michel Blanc, Chantal Lauby et Mathieu Spinosi forment le casting. « Les souvenirs » sortait dans nos salles françaises le 14 janvier 1015.

Synopsis : Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l’instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s’en foutre. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu’elle fait avec tous ces vieux. Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s’est évadé en quelque sorte …

Avec « Les souvenirs », Jean-Paul Rouve se glisse une nouvelle fois dans une ambiance familiale, après « Quand je serais petit ». Il faut dire que ce thème lui sied assez bien, tant il amène une tendresse et une pudeur, nécessaires, à ce genre de sujet. Le scénario, qu’il signe avec David Foenkinos, même habillement humour et émotion, où ces deux éléments seront intelligemment dosés et ne laisseront jamais l’autre prendre le dessus. Les deux scénaristes apportent un soin particulier aux dialogues, créant une réelle dynamique notamment dans les scènes entre les personnages de Mathieu Spinosi et William Lebghil. Les seconds rôles s’avèrent brillamment bien écrits, tandis que les personnages de la grand-mère, du fils et du petit-fils transportent avec eux de véritables problématiques. Il est d’autant plus dommage, que dans son épilogue, « Les souvenirs » devient trop larmoyant, allant à manquer de délicatesse. Un comble pour une adaptation d’une œuvre de David Foenkinos.

L’un des gros atouts de « Les souvenirs » est d’avoir des acteurs servant avec justesse le scénario de Jean-Paul Rouve et David Foenkinos. Tout d’abord, Mathieu Spinosi se révèle bien meilleur qu’il n’y paraît au premier regard. Il pose soigneusement les futures bases d’un personnage, assez simple en soit, et qui partage une relation particulière avec sa grand-mère. Michel Blanc interprète, avec brio, un personnage avec une énergie électrique, lui donnant l’impression d’être sous pression tout le temps. Annie Cordy, quant à elle, nous rappelle qu’elle possède de formidables talents de comédienne. Elle créée un personnage facilement identifiable pour chacun à quelqu’un que l’on a connu. À la fois touchante, et sans pourtant avoir sa langue dans sa poche, cette grand-mère possède toute la force du long-métrage. Reste Jean-Paul Rouve, peu présent mais à chaque fois pertinent, et William Lebghil, qui confirme le fait d’avoir un talent comique singulier.

Là où « Les souvenirs » trouve peut-être son plus gros point faible, c’est avec la réalisation de Jean-Paul Rouve. Sans être mauvaise, elle se trouve être très formatée dans ses plans, ses cadres et son montage. On peut aisément sentir une certaine facilité dans cette approche, se reposant totalement sur le scénario et les acteurs afin de démontrer et véhiculer tous les enjeux du long-métrage. Ce manque artistique dans la technique du long-métrage n’est jamais désagréable au visionnage, il est juste dommage que Jean-Paul Rouve n’aille pas plus loin dans sa réflexion de metteur en scène. Cependant, « Les souvenirs » reste un long-métrage assez bien rythmé où les une heure et trente-six minutes ne paraissent jamais longues. Jean-Paul Rouve avait commencé à prouver de sérieux talents de metteur en scène avec « Quand je serais petit », sa précédente réalisation. Il serait temps qu’il s’affirme en tant que véritable réalisateur, pour de bon. Il en a le potentiel, c’est certain.

« Les souvenirs » est un long-métrage où le scénario de Jean-Paul Rouve et David Foenkinos livre une histoire tendre et drôle, où les personnages se trouvent être très soignés. Dommage que la réalisation de Jean-Paul Rouve ne soit pas faite avec autant de talent.

LES+SOUVENIRS

Les souvenirs. De Jean-Paul Rouve. Avec Mathieu Spinosi, Annie Cordy, Michel Blanc, Chantal Lauby, William Lebghil, Flore Bonaventura, Audrey Lamy …

Sortie le 14 janvier 2015.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Les souvenirs»

  1. Pingback: Les souvenirs | Le Bibliocosme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s