Au cinéma

Au cinéma : «Paradise Lost»

Après quelques rôles plus ou moins marquants, Andrea di Stefano s’essaye à la réalisation et nous livre son premier long-métrage : « Paradise Lost ». En plus de la réalisation, il signe également le scénario. Benecio Del Toro, Josh Hutcherson et Claudia Traisac tiennent les rôles principaux. « Paradise Lost » sort dans nos salles françaises le 5 novembre 2014.

Synopsis : Nick pense avoir trouvé son paradis en rejoignant son frère en Colombie. Un lagon turquoise, une plage d’ivoire et des vagues parfaites ; un rêve pour ce jeune surfeur canadien. Il y rencontre Maria, une magnifique Colombienne. Ils tombent follement amoureux. Tout semble parfait … jusqu’à ce que Maria le présente à son oncle : un certain Pablo Escobar.

« Paradise Lost » commence de manière peu conventionnelle. Des bribes de souvenirs apparaissent au spectateur. Passé, présent et futur se confondent dans un premier acte, avant que le long-métrage reprenne son histoire à partir de son commencement. Une fois cela mis en place, on découvre, par le personnage de Nick, le trafiquant Pablo Escobar. Sans être un biopic, le long-métrage se base sur quelques faits réels mais révèle être majoritairement une œuvre de fiction. De même, la relation humaine de cette histoire est au centre, au détriment du trafic de drogue. Sur le papier, « Paradise Lost » possède des attentions louables et qui pourraient amener à un bon long-métrage. Cependant, à l’écran, cela ne se concrétisera jamais. Les une heure et … minutes de « Paradise Lost » paraîtront bien longues au spectateur, qui devinera aisément la conclusion de tout ceci et qui ne sera jamais réellement surpris par les tournures envisagées. Un thriller bien trop calme, en somme.

Dans les deux rôles prédominants, on retrouve Benecio Del Toro et Josh Hutcherson. Ce dernier se révèle bien plus intéressant que dans la majeur partie de ses précédents rôles. Se retrouvant avec un vrai personnage, aux émotions subtiles, le jeune acteur prouve au spectateur qu’il est capable de tenir un rôle de cette envergure, même s’il sur-joue par moment. En face de lui, Benecio Del Toro est complètement habité par le rôle de Pablo Escobar. Très en retenu, un simple regard en dira plus que n’importe quelle phrase. L’acteur mexicain donne vie à un père aimant au regard chaleureux et, à la fois, à un monstre, presque psychopathe, capable de tuer n’importe qui d’un seul coup de regard. Les autres acteurs auront beaucoup de peine à exister. D’un côté, leurs interprétations ne convaincront jamais. De l’autre, leurs personnages sont clairement écrits dans le seul but de supporter les deux principaux … des rôles bien ingrats pour les acteurs, donc.

Pour un premier long-métrage, Andrea di Stefano tombe dans tous les travers et pièges d’un tel long-métrage. Essayant vaguement de donner un effet immersif à « Paradise Lost », le réalisateur italien bouge la caméra dans tous les sens, n’offrant qu’une potentielle nausée au spectateur. Le fait de filmer caméra à l’épaule devient automatique, là où certains plans n’en n’ont clairement pas l’utilité. Quant à lui, le montage est victime d’une narration fouillie, prétexte facile aux débordements chronologiques, et qui perdra les spectateurs à de nombreuses reprises. La composition musicale de Max Richter se révèle sans saveur et légèrement convenu pour une production de ce genre, et va même jusqu’à amener le long-métrage vers le pathos dans son acte final. Malgré ces faux pas répétés, on peut toutefois sentir la bonne volonté cachée là-dessous. « Paradise Lost » restera un premier long-métrage aux bonnes intentions, mais au rendu final raté.

« Paradise Lost » aurait mérité d’approfondir sa deuxième partie narrative, beaucoup plus recherchée que la première. Malgré le fait que les deux acteurs principaux livrent de bonnes interprétations, le long-métrage souffre de faiblesses techniques flagrantes.

paradise_lost_affiche

Paradise Lost. De Andrea di Stefano. Avec Benecio Del Toro, Josh Hutcherson, Claudia Traisac, Brady Corbet, Ana Girardot, Carlos Bardem, …

Sortie le 5 novembre 2014.

Publicités

2 réflexions sur “Au cinéma : «Paradise Lost»

  1. Pingback: Rencontre : Andrea di Stefano, réalisateur de «Paradise Lost» | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s