Au cinéma

Au cinéma : «Fury»

Après « Sabotage » sorti en début d’année, David Ayer, réalisateur de « End of watch » et scénariste oscarisé de « Training Day », nous livre « Fury ». D’après une histoire vraie, le réalisateur signe également le scénario. Brad Pitt, Shia LaBeouf ou encore Logan Lerman tiennent les rôles principaux. « Fury » sortait dans nos salles françaises le 22 octobre 2014.

Synopsis : Avril 1945. Les Alliés mènent leur ultime offensive en Europe. À bord d’un tank Sherman, le sergent Wardaddy et ses quatre hommes s’engagent dans une mission à très haut risque bien au-delà des lignes ennemies. Face à un adversaire dont le nombre et la puissance de feu les dépassent, Wardaddy et son équipage vont devoir tout tenter pour frapper l’Allemagne nazie en plein cœur.

Sur le papier, « Fury » peut inquiéter. Se déroulant essentiellement dans un char d’assaut durant la seconde guerre mondiale, le long-métrage va déployer une force que le spectateur va prendre en pleine figure, presque par surprise tant cela est inattendu. Il faut avouer que le scénario, signé David Ayer, mêle habillement scène humaine et séquence d’action à couper le souffle. D’un côté, le tank permet un contact inévitable aux personnages, où chacun doit faire de son mieux afin de ne pas faire tuer les autres, offrant des scènes très fortes en émotion parmi cette fratrie. D’un autre côté, cet engin militaire offre des scènes absolument grandioses, frôlant presque le poétique par moment, où coups de canon et mitraillettes résonnent à l’unisson. Les deux heures et quatorze minutes de « Fury » ne paraissent durer que l’espace d’un moment. En réalité, dès le début, le spectateur est cloîtré dans cet espace qu’est le tank, jusqu’à ce que l’écoutille ne se réouvre dans l’acte final.

Dans le rôle principal, on retrouve Brad Pitt. Très en retenu, l’acteur américain marque plus par son charisme et sa prestance, que par ses dialogues. Cependant, parler de « rôle principal » serait incorrect, tant l’esprit de groupe est plus important que les individualités. À ses côtés, Brad Pitt côtoie Logan Lerman, Shia LaBeouf, Jon Bernthal et Michael Peña. Logan Lerman trouve peut-être le rôle de la maturité, celui qui le construira en tant qu’acteur adulte après que son interprétation dans « Le monde de Charlie » ait clôturé l’acteur adolescent qu’il était. John Bernthal et Michael Peña donnent vie à des protagonistes convaincants, apportant une colère et un réconfort au groupe. Quant à Shia LaBeouf, il est complètement extraordinaire, avec un personnage touchant, où les émotions se lisent sur son visage plus que dans ses mots. Un ensemble hétéroclite donc, mais qui offre à « Fury » des acteurs transcendés et passionnés dans leurs rôles.

En plus d’être un excellent scénariste, David Ayer nous prouve qu’il est également un excellent réalisateur. Efficace de bout en bout, c’est une plongée immersive que nous propose le réalisateur à travers ce long-métrage. Le réel atout de la réalisation de David Ayer se trouve dans son montage. C’est grâce à ce procédé que « Fury » possède toute sa tension. Du malaise de la scène de repas à la séquence de combat, tout est réglé à la seconde près, créant un rythme presque régulier dans la succession des plans. La composition musicale de Steven Price créée un engouement particulier, mais se révèle parfois, peut-être, trop héroïque. La direction de la photographie de Roman Vasyanov amène une ambiance aux teintes grises, jouant d’une ambiance presque asphyxiante. C’est dans cette cohérence artistique que « Fury » devient un véritable film de cinéma. Dans le genre, on avait pas vu mieux depuis « Il faut sauver le soldat Ryan » de Steven Spielberg, c’est pour dire.

« Fury » est un long-métrage aussi époustouflant, que ce soit en terme d’action ou de beauté simple des images. Les acteurs apportent une réelle chaleur et brillent tous de talent. David Ayer sera désormais connu comme l’homme ayant réalisé l’un des meilleurs film du genre.

FURY-Affiche-France-Finale

Fury. De David Ayer. Avec Brad Pitt, Logan Lerman, Shia LaBeouf, Jon Bernthal, Michael Peña, Jim Parrack, Brad William Henke, Jason Isaacs, …

Sortie le 22 octobre 2014.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Fury»

  1. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s