Au cinéma

Au cinéma : «Sin City : j’ai tué pour elle»

Après avoir réalisés ensemble « Sin City » en 2005, Robert Rodriguez et Frank Miller se retrouvent pour la suite : « Sin City : j’ai tué pour elle ». Avec ce deuxième opus, Frank Miller adapte son propre comic-book homonyme. Josh Brolin, Jessica Alba, Mickey Rourke ou encore Eva Green tiennent les rôles principaux. Le long-métrage fût présenté en sélection officielle au 40ème Festival du Cinéma Américain de Deauville où il fût le film de clôture. « Sin City : j’ai tué pour elle » sortait dans nos salles de cinémas le 17 septembre 2014.

Synopsis : Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices. Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d’un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger …

Qu’on se le dise, « Sin City : j’ai tué pour elle » est clairement l’opus des femmes. Sur les quatre segments de ce deuxième volet, elles sont au centre des deux plus importants, démontrant deux facettes de femmes en totale opposition. Bien entendu, à l’image du premier volet, on découvre leurs histoires grâce à un montage alternant scènes passées et futures. Si cela fonctionne assez bien avec les segments en question, ceux des personnages de Ava et Nancy, il n’en est pas de même pour celui de Johnny, interprété par Joseph Gordon-Levitt. Le spectateur est en droit de se demander ce qu’il fait au milieu de tout cela, cassant trop souvent le rythme. On en vient très vite à la conclusion qu’il aurait été de bon goût de le présenter sous forme d’avant-propos au long-métrage. C’est d’autant plus dommage, quand on pense que, sans ce segment, ce long-métrage aurait mieux géré la narration non-chronologique que son prédécesseur.

Justement dans le rôle des deux femmes fortes de « Sin City : j’ai tué pour elle », on découvre Eva Green et on retrouve Jessica Alba. À première vue, on peut penser que la première volerait la vedette à la deuxième. Il n’en est rien. Eva Green s’enferme de nouveau dans un rôle de femme fatale, comme elle le fait trop souvent en ce moment, et le spectateur aura la désagréable impression d’avoir déjà vu ce personnage … À l’inverse, Jessica Alba surprend par la dureté et la nouvelle force de son personnage, faisant d’elle une dure-à-cuire ! Les acteurs sont effacés de ce long-métrage, tout comme leurs interprétations. Joseph Gordon-Levitt n’a pas assez de temps pour créer un véritable personnage, et n’en livre qu’une caricature. Josh Brolin grimace de bout en bout. Seul Mickey Rourke, interprète de Marv, s’en sort avec les honneurs, en partie grâce à la vraie gueule du personnage, lui assurant un charisme à tout épreuve.

Si la réalisation de « Sin City » était étonnante pour l’époque, cette suite ne possède plus cet effet de surprise. On retrouve exactement les mêmes styles, les mêmes idées visuelles, les mêmes effets : Robert Rodriguez et Frank Miller n’apportent rien de plus qu’ils n’avaient déjà apporté avec le premier opus. Cependant, à la surprise générale, c’est grâce à la 3D que cette réalisation prend une nouvelle ampleur, notamment grâce aux transitions entre séquences comic-book et prises de vues réelles où la 3D apparaît presque toujours dans un mouvement brusque, telle une mustang déboulant un boulevard. Durant les une heure et quarante-deux minutes du long-métrage, le spectateur aura la désagréable impression de voir une version légèrement étoffée de « Sin City », sans véritables nouveautés esthétiques qui justifierait une telle suite. Au final, c’est là que se trouve tout le problème de « Sin City : j’ai tué pour elle » : vouloir faire du neuf avec du vieux.

« Sin City : j’ai tué pour elle » avait la carrure d’être une grande suite. L’utilisation de la 3D et les personnages féminins auraient pu être des vecteurs importants à cela. Malheureusement, Robert Rodriguez et Frank Miller livrent un spectacle très similaire au premier opus, ne surprenant le spectateur que trop peu de fois …

affiche-finale-officielle

Sin City : j’ai tué pour elle. De Robert Rodriguez et Frank Miller. Avec Jessica Alba, Josh Brolin, Mickey Rourke, Eva Green, Joseph Gordon-Levitt, Rosario Dawson, …

Sortie le 17 septembre 2014.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Sin City : j’ai tué pour elle»

  1. Pingback: Revue de presse : #3 Septembre 2014 | Ma Semaine Cinema

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s