Au cinéma

Au cinéma : «Mister Babadook»

Fort de moult récompenses et critiques élogieuses aux derniers festivals de Sundance et Gérardmer, le tout premier film de Jennifer Kent intrigue sérieusement. La cinéaste est partie de sa première expérience dans la profession : le court-métrage Monster, écrit et tourné en 2005 dont elle signe ici le prolongement. Mister Babadook s’attache à représenter la relation entre une mère et son fils au milieu d’un contexte horrifique. Les Autres (Alejandro Amenábar), Le Cercle (Gore Verbinski) ou encore L’Orphelinat (Juan Antonio Bayona) sont déjà passés par là avec un brio plastique et émotionnel certain. Si la réalisatrice n’est pas dénuée de talent, elle n’a malheureusement rien de plus à raconter.

Synopsis : Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu’elle n’arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé ‘Mister Babadook’ se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le ‘Babadook’ est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations…

Formellement, Jennifer Kent fait preuve d’un certain savoir-faire. Son désir de façonner un film d’épouvante à l’ancienne est respecté à la lettre. Parquet grinçant, livres poussiéreux, ampoules grésillantes, sous-sol plongé dans la pénombre… De nombreux motifs angoissants connus de tous sont convoqués avec beaucoup d’application. Le charme rétro opère d’autant plus que la réalisatrice soigne ses cadrages et travellings témoignant ainsi d’un véritable amour pour ce qu’elle s’attache à mettre en scène. L’hommage à l’expressionnisme allemand et au noir et blanc déborde de sincérité ne serait-ce qu’à travers la représentation du boogeyman, le fameux Babadook, créature atypique caractérisée par une symétrie et une noirceur inquiétantes.

Saluons également la performance des comédiens. Essie Davis est excellente en mère de famille esseulée constamment au bord du gouffre. L’actrice n’a aucun mal à transmettre le désarroi qui imprègne son personnage un peu plus chaque jour et va jusqu’à surprendre au milieu du deuxième acte où sa composition évolue radicalement. Le jeune Noah Wiseman étonne tout autant par sa performance criante de vérité au regard de son âge (6 ans lors du tournage).

Ces qualités, aussi importantes soient-elles, ne suffisent pas à masquer les carences d’une écriture qui ne tient pas sur la durée. L’ennui pointe le bout de son nez rapidement tant le long-métrage tarde à démarrer tout en restant trop timoré dans ses rares intentions horrifiques. Si la dernière demi-heure monte en intensité et réserve quelques moments forts, c’est bien trop peu pour remporter l’adhésion et faire de Mister Babadook une oeuvre marquante.

Même les promesses espérées vis à vis de l’aspect émotionnel qu’implique le prisme de la relation mère-fils ne sont pas tenues. Le lien entre les deux protagonistes est touchant mais ne suscite pas une empathie aussi puissante que voulue, la faute à des airs de déjà vu qui amoindrissent la portée affective de certaines situations. Pire encore, l’épilogue se complaît dans un ridicule gênant faisant perdre toute crédibilité et impact au climax qui précédait.

Finalement, loin de toute révolution dans le genre, Mister Babadook n’est qu’un film d’épouvante de plus. Soigné plastiquement et réalisé avec beaucoup de sincérité de la part de Jennifer Kent mais bien trop fade dans son contenu pour tenir sur la longueur. Le Babadook ne restera pas dans les mémoires.

Mister Babadook - Affiche

Mister Babadook. De Jennifer Kent. Avec Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall, Hayley McElhinney, Barbara West, Ben Winspear, Tiffany Lyndall-Knight, …

Sortie le 30 juillet 2014.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s