Au cinéma

Au cinéma : «The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros»

En 2012, Marc Webb livrait un nouveau départ pour la franchise Spider-Man avec « The Amazing Spider-Man ». Cette année, il signe la suite « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros ». Andrew Garfield et Emma Stone sont de retour, tandis que Jamie Foxx et Dane DeHaan font leur début dans la franchise. « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » sort dans nos salles françaises le 30 avril 2014.

Synopsis : Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côtés de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville. Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui.

« The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » reprend là où le précédent volet commençait : on en découvre un peu plus sur les parents de Peter Parker, qui sont au cœur même de l’intrigue. À l’image de cette séquence, ce deuxième opus plonge le spectateur au cœur des relations du jeune super-héros. Le long-métrage devient très intimiste. Marc Webb arrive à placer les enjeux dramatiques avec une poignée de scènes personnelles où les personnages s’aiment, se provoquent ou se découvrent. Ces enjeux seront essentiels à la continuité du scénario, provoquant problèmes et relations à résoudre. De même, on pourrait croire, au vu des nombreux protagonistes présents, que « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » serait brouillon. Ce n’est jamais le cas, car les différentes histoires parallèles se rejoignent dans un dernier acte dès plus poignant et laissant le spectateur bouche bée … Il est clair que cette suite est très étonnante dans son traitement.

On retrouve avec plaisir les personnages de Peter Parker et Gwen Stacy, interprétés respectivement par Andrew Garfield et Emma Stone. Les deux jeunes acteurs ont complètement cerné leur personnage, ajoutant une force qu’ils n’avaient pas dans « The Amazing Spider-Man ». Spider-Man, alter-ego de Peter Parker, est toujours aussi drôle et toujours aussi incroyable dans ses scènes d’actions, tout en portant un nouveau costume magnifique. Le grand méchant de cet opus est Electro, joué par Jamie Foxx. Si le visuel du personnage peut en gêner quelqu’un et si Jamie Foxx se contente de faire le boulot, la transformation de Max Dillon en Electro est très soignée et intéressante psychologiquement. Reste Dane DeHaan qui donne vie à un Harry Osborn original où la froideur et la dureté de l’acteur sied si bien au personnage. Marc Webb réussi à diriger ses acteurs avec brio, tout en travaillant en profondeur leurs personnages.

Pour un troisième long-métrage, Marc Webb confirme son talent à livrer des scènes d’actions épiques. Usant de différents procédés techniques, il offre une autre dimension à des scènes qui auraient pu être trop faciles. On retrouve l’immersion du premier volet grâce à des plans très serrés sur Spider-Man lors des séquences de voltiges. De même, il temporalise l’action à l’aide de ralentis ingénieux, mais répétitifs, où le sens instinctif du Tisseur est clairement mis en avant ! Le long-métrage possède un rythme effréné où le spectateur vivra ces deux heures et vingt et une minute avec intensité et passion. Si la bande-originale n’est pas parfaite, Hans Zimmer livre un bien meilleur travail que James Horner dans « The Amazing Spider-Man ». La dernière séquence de « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » est peut-être la meilleure où l’intime et le spectaculaire sont en parfaite adéquation laissant le spectateur avec de multiples frissons.

« The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros », grâce à ses enjeux et son traitement visuel, se révèle comme l’un des meilleurs longs-métrages sur l’homme-araignée. Les acteurs et l’écriture intimiste de Marc Webb amènent une qualité indéniable à l’ensemble.

Amazing Spider-Man 2 - Affiche (6)

The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros. De Marc Webb. Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Dane DeHaan, Paul Giamatti, Chris Cooper, …

Sortie le 30 avril 2014.

[À la manière d’une production Marvel, ma critique comporte un paragraphe post-critique qui contient de GROS SPOILERS ! Il est donc nécessaire d’avoir vu le film pour pouvoir lire la suite, au risque de découvrir des informations importantes du film qui risqueraient de vous gâcher votre futur visionnage. Vous êtes prévenus.]

Chose assez rare dans les longs-métrages super-héroïques : « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » ne possède  aucune scène post-générique. Cependant, si vous utilisez Shazam, application musicale sur smartphone, durant le générique de fin, vous pourrez voir une vidéo qui dévoile six personnages pour la suite des aventures de Spider-Man : les fameux Sinister Six. Libre à vous de le faire … ou non.

Tout d’abord, il faut avouer que le dernier plan est très excitant tant dans la forme, que dans ce qu’il amène par la suite … C’est à dire un Spider-Man qui retourne combattre les méchants et défendre New-York. Le côté patriote si cher à la franchise est bien présent, peut être de manière plus subtile cette fois, avec ce jeune garçon déguisé en Spider-Man souhaitant prendre le relais du super-héros disparu. Marc Webb laisse le spectateur sous le choc de cette image où l’on voit Spider-Man cogner un Rhino mécanique aux allures assez impressionnantes … Vite, vite : la suite !

Je dis bien « retourne combattre les méchants » car Peter Parker déserte, le temps de quelques mois, le costume à la suite du décès de Gwen Stacy. Il faut avouer que c’est l’un des moments forts du long-métrage. Marc Webb livre une séquence très tendue où Peter Parker n’arrivera pas à sauver l’être aimé. De même, il nous livre la mort du personnage avec un plan à la fois très beau et très violent où le choc n’en sera que plus fort. « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros » atteint alors un niveau émotionnel qu’il n’avait jamais effleuré avant cela.

Tout doucement mais sûrement, Marc Webb nous amène vers les « Sinister Six », long-métrage annoncé par Sony et regroupant les pires méchants de l’homme-araignée. La présence, très courte, du Rhino confirme cela, tout comme les différents indices dissimulés dans le long-métrage. Comme à son habitude, Stan Lee, créateur légendaire de super-héros chez Marvel, fait son petit caméo toujours appréciable. Tandis que la sonnerie du portable de Peter Parker mérite une mention spéciale !

[Fin de ce paragraphe post-critique.]

Publicités

2 réflexions sur “Au cinéma : «The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros»

  1. Pingback: Avant-première : « The Amazing Spider-Man, le destin d’un héros », en présence du casting | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s