Au cinéma

Au cinéma : «Her»

Après « Max et les maximonstres » en 2009, le réalisateur de « Dans la peau de John Malkovitch », Spike Jonze, nous livre son quatrième long-métrage : « Her ». Joaquin Phoenix et Scarlett Johansson tiennent les rôles principaux, tandis que Rooney Mara, Amy Adams et Olivia Wilde complètent le casting. Spike Jonze écrit lui-même le scénario. « Her » sortait dans nos salles françaises le 19 mars 2014.

Synopsis : Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant, le système, il fait la connaissance de Samantha …

On pourrait qualifier « Her » de constat d’une certaine société moderne, ou bien encore d’un renouvellement du genre amoureux, mais ce serait oublier son thème fort : la solitude. Le personnage principal, Theodore Twombly, représente ce jeune adulte n’arrivant pas à retrouver le chemin de la sociabilité après une rupture. C’est alors que Spike Jonze profite de la détresse de cet homme pour mieux faire le portrait d’une société non-communicative où les habitants passent leur temps sur leur téléphone ou console de jeu-vidéo. Ces nouvelles technologies deviennent un refuge inévitable où l’homme, ayant échoué à communiquer avec les siens, se dirige vers une forme d’intelligence artificielle à la voix si charmante. « Her » s’embarque alors dans le chemin du film romantique où le réalisateur réunit un couple improbable et très significatif du propos du long-métrage : l’homme, dans son état de solitude absolu, tombe amoureux d’une virtualité attractive.

Joaquin Phoenix interprète Theodore Twombly avec un charme et une élégance, que seul cet acteur est capable d’offrir. L’acteur se révèle fantastique dans les moindres petits détails de son faciès. C’est ainsi que le spectateur pourra apercevoir brièvement une étincelle d’assurance déconcertante dans les yeux du personnage, après avoir trop bu, lors d’un rendez-vous galant. Scarlett Johansson est assez surprenante dans le rôle de Samantha, le système d’exploitation. Ne pouvant pas jouer sur son physique, l’actrice doit faire passer les émotions et intentions strictement par le biais de la voix et réussie l’exploit de donner corps à cela. L’histoire d’amour entre cet homme et ce système d’exploitation possède tout de l’extraordinaire et pourtant Spike Jonze les confronte à des problèmes basiques, que tout couple humain doit traverser un moment donné. Le fait de sortir avec une intelligence artificielle devient alors un mœurs presque acceptable, pour ne pas dire ordinaire.

La réalisation de Spike Jonze travaille essentiellement dans un soucis du beau. Les différents plans du long-métrage deviennent alors de véritables fenêtres sur l’avenir, d’un point de vue purement esthétique. Les cadres sont réalisés de manière à mettre le personnage de Joaquin Phoenix en avant, renforçant l’émotion décrite sur son visage et créant presque un effet d’enfermement autour de lui. Si « Her » possède une légère longueur dans son milieu, elle est très vite oubliée tant les deux heures et huit minutes du long-métrage défilent à une vitesse impressionnante. La bande-originale est également un élément dès plus important. Le groupe Arcade Fire offre une tonalité, une mélodie aussi mélancolique que futuriste, renforçant l’atmosphère générale. Le dernier plan, peut-être trop facile, offre un signe d’espoir pour une humanité qui était jusqu’alors perdue dans les bas-fonds de la technologie. Spike Jonze nous livre un long-métrage aussi pertinent dans la forme que dans le fond.

« Her » est une poésie sur l’amour improbable entre un homme et un système d’exploitation, qui permet à Spike Jonze de livrer un constat de la société. En réalité, « Her » est aux années 2010, ce que « Fight Club » de David Fincher fût à la fin des années 1990.

Her - Affiche

Her. De Spike Jonze. Avec Joaquin Phoenix, Scarlett Johansson, Rooney Mara, Olivia Wilde, Amy Adams, Chris Pratt, Matt Letscher …

Sortie le 19 mars 2014.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Her»

  1. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s