Au cinéma

Au cinéma : «The Grand Budapest Hotel»

Après « Moonrise Kingdom » en 2012, Wes Anderson nous offre son huitième long-métrage : « The Grand Budapest Hotel ». Il a écrit le scénario avec Hugo Guinness et se sont inspirés des ouvrages de Stefan Zweig. Pour l’occasion, Wes Anderson retrouve des acteurs qu’il connaît bien notamment Bill Murray et Willem Dafoe, et des nouveaux venus comme Ralph Fiennes. Le long-métrage reçu l’Ours d’Argent à la 64ème Berlinale. « The Grand Budapest Hotel » sortait dans nos salles obscures le 26 février 2014.

Synopsis : Le film retrace les aventures de Gustave H., l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro, son allié le plus fidèle. La recherche d’un tableau volé, œuvre inesimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au cœur de la vieille Europe en pleine mutation.

Avec « The Grand Budapest Hotel », c’est bien plus qu’un voyage dans ces couloirs que nous offre Wes Anderson, mais un véritable voyage dans le temps. On retrouve différentes narrations imbriquées les unes dans les autres, espacées dans le temps mais connectées, où le réalisateur texan va même jusqu’à lier le format de l’écran avec l’époque présentée. Il crée ainsi un lien très joli entre histoire du temps et histoire du cinéma, tout en prenant l’Histoire comme outil scénaristique. Dans un rythme d’une heure et quarante minutes, Wes Anderson entraîne le spectateur avec une multitude de péripétie, dans un univers dont lui seul possède le secret. Dans ce monde coloré où le rose domine, on a l’impression de voir une maison de poupée réalisée entièrement en pâtisserie. Ces mêmes pâtisseries qui ont, tout à coup, un goût d’évasion pour les personnages qui fuient chacun à leurs manières quelque chose d’inévitable, où le Grand Budapest Hotel fait office de refuge.

Comme à son habitude, Wes Anderson réunit un casting incroyable créant un réel film choral, où les personnages, interprétés avec talents, se croiseront, s’aimeront et se haïront. Willem Dafoe, Adam Brody, Jeff Goldblum, Harvey Keitel ou encore Saoirse Ronan et Edward Norton : tous apportent à leur personnage un charme fou et offrent de brillantes prestations. Au centre de cette mêlée de personnage haut en couleur et en caractère, on retrouve Mr. Gustave, le concierge, et Zero, le nouveau lobby-boy. Le premier est interprété par Ralph Fiennes, qui arbore un air à la fois très distingué et qui s’adresse de façon assez cru, tandis que Tony Revolori prête ses traits à Zero et se révèle incroyablement convainquant aux côtés des acteurs qui l’entoure. Wes Anderson va, au travers de ces deux personnages, livrer un portrait de l’amitié où maître et élève seront, au final, à un pied d’égalité et où le métier de concierge n’aura jamais été si magnifié au cinéma.

Afin de porter à l’écran son histoire, Wes Anderson use de technique qu’on lui connaît bien, sans ne jamais en abuser. Le réalisateur vient de rentrer dans sa période artistique de la maturité où ses artifices sont utilisés avec raison et parcimonie mais toujours dans un goût pour l’exagération prononcée, ce qui amène, avec légèreté, le rire des spectateurs. Le long-métrage est enrobé par une bande-originale du français Alexandre Desplat absolument magnifique où l’on retrouve des tonalités de musique de l’Est. Avec « The Grand Budapest Hotel », Wes Anderson soigne chaque détail présent à l’écran de la petite épingle à la grande bâtisse de l’hôtel. Il donne à l’ensemble un côté très picturale avec certains plans que l’on croirait presque peint sur l’écran, inscrivant son histoire à la fois dans notre monde et à la fois dans un pays complètement imaginaire. De nos jours, Wes Anderson est l’un des rares cinéastes à posséder indéniablement un magnifique talent de conteur.

Avec son goût pour l’humour, la fantaisie et l’esprit de troupe, Wes Anderson parvient à nous livrer l’un de ses meilleurs films … Peut-être son chef-d’œuvre comme le fait remarquer M. Gustave à un moment du film. Le temps nous le dira.

Budapest Hotel - Affiche

The Grand Budapest Hotel. De Wes Anderson. Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, Adam Brody, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Harvey Keitel, Jude Law, Tilda Swinton, Saoirse Ronan, Mathieu Amalric, Edward Norton, …

Sortie le 26 février 2014.

Publicités

4 réflexions sur “Au cinéma : «The Grand Budapest Hotel»

  1. Pingback: Exposition : « The Grand Wes Anderson Hotel » | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

  3. Pingback: Au cinéma : «Youth» | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s