Au cinéma

Au cinéma : «Les trois frères, le retour»

En 1996, les Inconnus nous livraient leur premier long-métrage : « Les trois frères », qui fût honoré du César du meilleur premier film à l’époque. En 2014, les trois compères se retrouvent pour nous offrir « Les trois frères, le retour », suite du premier volet. Les Inconnus interprètent de nouveau leurs personnages, en plus d’écrire et de réaliser le long-métrage. « Les trois frères, le retour » sortait dans nos salles le 12 février 2014.

Synopsis : Ils sont trois, ils sont frères, ils sont de retour. 15 après, Didier, Bernard et Pascal sont enfin réunis … par leur mère. Cette fois sera peut-être la bonne.

Après dix huit ans, les Inconnus livrent une suite à leur premier long-métrage, devenu culte depuis. On ne peut pas dire que « Les trois frères, le retour » possède une idée scénaristique renversante, brillante et admirable qui justifie ce soudain retour … Reprenant les mêmes principes que le premier opus, le spectateur se trouvera très vite devant une suite sentant le réchauffé. Les rebondissements prévisibles installent un rythme long et poussif, où les minutes qui passent le seront tout autant. Dans leur joyeux moment de délire, ne visant qu’à se faire plaisir entre eux, les Inconnus en oublient presque les années qui séparent les deux films. « Les trois frères, le retour » n’a de moderne que son environnement, leur humour ayant oublié de le devenir. Le long-métrage s’installe péniblement dans un milieu banlieusard où clichés des années 90 et langage d’jeuns sont des éléments obsolètes. « Les trois frères, le retour » n’est pas inscrit dans son époque.

Les personnages subissent aussi cette non-modernité du long-métrage. Forçant les traits et les clichés, les trois acteurs ne livrent qu’une piètre prestation de leur talent. Pascal Légitimus et Didier Bourdon surjouent chaque phrase, chaque émotion, nous donnant l’impression de voir un vieux sketch humoristique usé. Quant à lui, Bernard Campan surprend par sa nonchalance, qui laisse penser au spectateur qu’il n’offre que le strict minimum requis. En contraste de cela, au début de « Les trois frères, le retour », le personnage de Bernard Campan scande à l’adresse de ses deux frères qu’il est heureux de les retrouver. On imagine aisément l’écho que peut avoir ses phrases quand on pense au double-sens de ces retrouvailles, mais on ne retrouvera jamais l’enthousiasme du personnage interprété par Bernard Campan dans le jeu d’acteur des Inconnus. Les Inconnus qui ne seront d’ailleurs jamais vraiment présents où seulement par le biais de ces tristes caricatures.

« Les trois frères, le retour » marque le premier long-métrage où les trois compères sont à la réalisation. Là non plus, cela ne change pas grand chose … Elle se retrouve en mode automatique, enchaînant les plans dénués d’intérêts et où ils ne servent qu’à narrer aussi simplement que possible l’histoire. Cependant, cette même réalisation va avoir des idées et choix de mise en scène intéressants, le plus souvent au service d’une blague, mais va les déstructurer en voulant les appuyer jusqu’à épuisement. Ce deuxième opus joue énormément sur la nostalgie que peut ressentir le spectateur face à ce film et au souvenir du premier film, notamment avec Mickaël et certains éléments de l’intrigue. C’est un sentiment vicieux qui pourrait presque faire passer « Les trois frères, le retour » pour un bon film mais que le spectateur ne s’y trompe pas : tout ceci n’est qu’un sentiment trompeur. « Les trois frères, le retour » ne sera pas ce retour triomphal tant espéré.

« Les trois frères, le retour » est un deuxième opus voulant trop lorgné du côté du premier volet. Humour raté, à la modernité passé, cette suite n’est même pas servie par les talents de ses interprètes … Une simple suite ratée.

Les 3 frères, le retour - Affiche

Les trois frères, le retour. De les Inconnus. Avec Pascal Légitimus, Didier Bourdon, Bernard Campan, Sofia Lesaffre, Daniel Russo, Biyouna, Antoine du Merle, …

Sortie le 12 février 2014.

Publicités

3 réflexions sur “Au cinéma : «Les trois frères, le retour»

  1. Je ne suis pas du tout d’accord avec toi concernant la modernité: le personnage de la fille est tout-à-fait actuel. Les enjeux autour d’elle, le conflit avec le garçon sonnent très 2014 justement.
    Au niveau des expressions utilisées, là, je peux comprendre ton raisonnement mais pas au niveau social ou au niveau des relations mises en place.

    De façon plus générale, si j’ai aussi trouvé qu’il y avait un problème de rythme avant que le personnage de la fille n’intervienne, après ça par contre, j’ai plusieurs fois ri de bon cœur donc le contrat est rempli pour moi.
    Quand je vois le nombre de comédies qui sortent tous les mois et qui ne parviennent à arracher qu’un rire en une heure et demie, je préfère de loin voir Les 3 frères le retour.

    • Pour moi, tout l’ensemble, et encore plus leur humour, est resté dans les années 90′ … Il n’y a aucun changement ! D’où le fait qu’il vise à côté pour moi …

      Pour ma part, aucune rire, à part celui très risible de ce final pour le moins surprenant … 😉

  2. Pingback: Top & Flop 2014 : Le bilan de l’année | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s