Au cinéma

Au cinéma : «Dallas Buyers Club»

Réalisateur des remarqués « C.R.A.Z.Y. » et « Café de Flore », Jean-Marc Vallée nous livre son septième long-métrage : « Dallas Buyers Club ». Le scénario de ce long-métrage se base sur l’histoire vraie de Ron Woodroof. Matthew McCoanughey, Jared Leto et Jennifer Garner interprètent les rôles principaux. « Dallas Buyers Club » sortait dans nos salles le 29 janvier 2014.

Synopsis : Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né.

« Dallas Buyers Club » peut être vu comme un film sur le rapport entre espoir et désespoir. Dès le début du long-métrage de Jean-Marc Vallée, à chaque nouvelles séquences, des cartons nous décomptent les jours supposés qu’il reste à vivre au personnage principal. On pourrait croire ce principe redondant où même assez classique, mais Jean-Marc Vallée use de cela intelligemment afin de donner un rythme à la narration. Malgré ses une heure et cinquante-sept minutes, « Dallas Buyers Club » nous entraîne dans son histoire, avec un scénario qui ne cherche jamais les pleurs des spectateurs à tout prix. Dans un même sens, Jean-Marc Vallée n’appuie pas trop sur le fait que les événements qu’il met en scène se sont vraiment déroulés et évite ainsi, une possible lourdeur dans les propos. Au final, le scénario de « Dallas Buyers Club » se révèle plus léger qu’on ne pourrait le croire et se concentre davantage sur la psychologie de ses personnages.

Les deux personnages les plus intéressants du long-métrage sont ceux interprétés par Matthew McConaughey et Jared Leto. D’un côté, Jared Leto se trouve transformé. L’acteur incarne un travesti, au maquillage marqué, avec talent, nous faisant presque oublier son visage, sa voix et ses allures qu’on lui connaît. De l’autre côté, Matthew McConaughey se trouve tout aussi changé physiquement, avec son apparence squelettique. Le nouvel acteur désiré par le tout Hollywood nous prouve qu’il en a fini avec les interprétations anecdotiques et qu’il souhaite montrer une autre facette de son jeu d’acteur, plus brillante de talent. Les deux acteurs installent chez leurs personnages un véritable charme, aux antipodes l’un de l’autre, donnant un aspect électrique à chacune de leurs discussions. On regrette que le troisième personnage de l’histoire, interprété par Jennifer Garner, soit sans intérêt que ce soit dans le scénario ou dans le jeu de l’actrice.

Si le scénario est assez bien travaillé, il n’en est pas de même pour la réalisation de Jean-Marc Vallée. Elle se révèle très brouillonne, enchaînant les plans caméra à l’épaule dans un tremblement permanent … Même si quelques plans ici et là sont inspirés, on ne peut s’empêcher de remarquer le manque d’assurance des mouvements de réalisation. De ce fait, Jean-Marc Vallée travaille davantage les images de ses plans. Ainsi, il fait de Ron Woodroof, le personnage incarné par Matthew McConaughey, un véritable clown triste. Outre la présence d’un personnage de ce type dans plusieurs plans, le réalisateur canadien s’amuse avec cette image paradoxale. « Dallas Buyers Club » se base sur la frontière mince entre espoir et désespoir, ne cessant pas de faire basculer ses personnages d’un côté et de l’autre. Si il y a clairement un effet balancier durant tout le long du film, la fin ne laisse aucun doute : l’espoir est le meilleur des remèdes.

« Dallas Buyers Club » est un long-métrage aux qualités scénaristiques évidentes mais à la réalisation peu assurée. Heureusement, les deux acteurs, Matthew McConaughey et Jared Leto, nous offrent l’une de leurs plus belles performances.

Dallas Buyers Club - Affiche

Dallas Buyers Club. De Jean-Marc Vallée. Avec Matthew McConaughey, Jared Leto, Jennifer Garner, Steve Zahn, Denis O’Hare, Dallas Roberts, …

Sortie le 29 janvier 2014.

Publicités

Une réflexion sur “Au cinéma : «Dallas Buyers Club»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s