Au cinéma

Au cinéma : «All is lost»

J.C. Chandor est le nouveau réalisateur à suivre de très près ! L’année dernière, il nous livrait son premier long-métrage : « Margin Call ». Cette année, il réalise « All is lost », film bien particulier où les dialogues sont rares et Robert Redford seul acteur à bord. Le film fût présenté hors-compétition au Festival de Cannes et remporta le Prix du Jury au Festival du Cinéma Américain de Deauville. « All is lost » sortait dans nos salles françaises le 11 novembre 2013.

Synopsis : Au cours d’un voyage en solitaire à travers l’Océan Indien, un homme découvre à son réveil que la coque de son voilier de 12 mètres a été percée lors d’une collision avec un container flottant à la dérive. Privé de sa radio et de son matériel de navigation, l’homme se laisse prendre dans une violente tempête.

Avec ce deuxième long-métrage, J.C. Chandor réalise l’exact inverse de ce qu’était son premier film, « Margin Call ». Avec ce dernier, il nous prouvait son talent d’écriture avec des dialogues bavards sur le monde de la finance, qui était compréhensible de tous. Avec « All is lost », il nous narre l’histoire quasiment muette de cet homme, seul, au milieu de l’océan. Les éléments dans les plans se font rares. On se concentre considérablement sur l’homme, qui ne porte pas de nom, et sur ses embarcations. Il va donc utiliser des images fortes pour remplacer la puissance des mots. D’ailleurs, l’absence de dialogue accentue la solitude de l’homme, et rend le film encore plus réaliste. « All is lost » peut se considérer comme un simple survival, faisant de la mer et des tempêtes les seules menaces. Pourtant, les événements s’enchaînent rapidement sans que l’on ne voit le temps passer. Pendant une heure et quarante-six minutes, le spectateur est en mer aux côtés de Robert Redford.

Le défi pour Robert Redford est de jouer son personnage, qui est le seul du film, sans jamais lasser le spectateur et en le captivant. L’acteur américain nous prouve tout son talent, en interprétant avec brio son rôle. Pour faire passer des émotions sans dialogues ou artifice verbal, il va tout faire passer avec son faciès. Cependant, il ne va utiliser ni sa bouche ou les plis de son visage, et va marquer son jeu par le regard. Pour comprendre ce qui se passe dans la tête de ce personnage, il faut prêter attention à son regard qui va se révéler parfois surpris ou simplement triste. Une fois encore, on pourrait croire que l’ennui gagnerait le spectateur qui ne voit à l’écran qu’un personnage muet. Il n’en est rien. On passe tout le long du film à chercher ce qu’il ressent, à interpréter ses gestes et mouvements, et à se retrouver totalement passionné par lui. Robert Redford est le pilier du film. Sans un acteur de cette qualité, le film en aurait été complètement changé.

J.C. Chandor se trouve être très intelligent dans sa réalisation. Il va presque donner un don de parole à ses plans, qui en disent plus que n’importe quelle phrase. Il y a ce plan, fabuleux, où la lumière d’une torche de détresse se trouve symétrique à la lumière d’un bateau au loin, et s’éteint en même temps que disparaît la lueur du bateau. Comment montrer l’espoir et le désespoir dans un même plan ? J.C. Chandor a trouvé la solution. Si le film ne possède quasiment pas de dialogue, la musique de … est bien présente tout du long. Elle sait se faire discrète dans les moments où elle ne sert qu’à placer une ambiance et au contraire, se fait très marquante dans les moments de drame. Le parfait équilibre. Au final, « All is lost » est un exercice de style réussi. J.C. Chandor confirme son talent de réalisateur et commence à créer une filmographie où les films se suivent et ne se ressemblent pas.

« All is lost » est un survival à la fois original et dirigé brillamment par son réalisateur. Tandis que l’unique acteur, Robert Redford, démontre que même à soixante-dix-sept ans, il peut encore nous surprendre.

All is lost - Affiche

All is lost. De J.C. Chandor. Avec Roberd Redford.

Sortie le 11 décembre 2013.

Publicités

2 réflexions sur “Au cinéma : «All is lost»

  1. Pingback: Au cinéma : «A most violent year» | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s