Flashback

Flashback : «Good Morning England»

Après « Love actually », Richard Curtis nous offre sa deuxième réalisation avec « Good Morning England ». Comme à son habitude, en plus de réaliser le film, il écrit le scénario de celui-ci. Il retrouve Bill Nighy qu’il avait déjà dirigé dans son précédent film. Le reste du casting se compose d’acteurs anglais comme Rhys Ifan, Nick Frost ou encore Kenneth Branagh et d’un américain en la personne de Philip Seymour Hoffman. « Good Morning England » sortait dans nos salles le 6 mai 2009.

Synopsis : Carl vient de se faire renvoyer du lycée, et sa mère a décidé qu’il irait réfléchir à son avenir auprès de son parrain, Quentin. Il se trouve que celui-ci est le patron de Radio Rock, une radio pirate qui émet depuis un bateau en mer du Nord peuplé d’un équipage éclectique de DJ’s rock and roll. La vie en mer du Nord est riche en événements …

Avec « Good Morning England », Richard Curtis touche une émotion dès plus singulière : la nostalgie. Ce nouveau film renvoi un temps lointain où le rock’n’roll, alors à son apogée, restait mineur sur les ondes radiophoniques anglaises et où les britanniques devaient écouter en cachette ces radios pirates, qui elles, en passaient sans compter. La réalisation de Richard Curtis n’a jamais été si inspirée. Si celle de « Love actually » était en pilotage automatique, celle de « Good Morning England » est plus travaillée. De même, il va énormément solliciter le montage pour donner forme à son film, en alternant par exemple les dialogues sur Radio Rock et au ministère. Une nouvelle fois, l’écriture de Richard Curtis tape dans le mille. Le film n’a pas vraiment d’histoire, il y a un simple fil rouge par rapport à la justice britannique qui veut fermer cette radio pirate et dont le chef de ce ministère est interprété avec brio par Kenneth Branagh. Au final, « Good Morning England » conquit tout simplement par sa véracité et par son esprit « film de potes ».

Richard Curtis a ce talent pour écrire des personnages atypiques. Chacun de ceux de « Good Morning England » possède une spécificité, un caractère, qui le rend différent des autres et profondément marquant. Philip Seymour Hoffman interprète Le Comte, un DJ américain, et livre une performance tout bonnement électrique où il apporte à son personnage une ironie et une folie douce. En face de lui, son rival, celui qu’il a remplacé : Gavin Kavanagh, joué par Rhys Ifans, parle peu mais bien et possède un égo bien voyant. Les autres personnages interprétés par Tom Sturridge, Bill Nighy, Nick Frost, Chris O’Dowd, ou encore Tom Brooke possèdent, eux aussi, leurs particularités bien marquées. L’ensemble offre au film une galerie de personnages à la fois cinglés et originaux qui vivent ensemble sur le même bateau. Des amis, aussi différents soient-ils, réunis par le même amour de la musique et qui prennent vie à l’écran grâce aux performances remarquables de chacun de leur interprète.

La musique a toujours eu une importance dans les films de Richard Curtis, que ce soit dans sa précédente réalisation ou dans les films dont il a écrit les scénarios. On peut dire qu’avec « Good Morning England », Richard Curtis a transformé la musique en véritable personnage. Elle est présente dès les premières secondes du film aux dernières, et se trouve être le sujet du film. Composée de titre des Turtles à ceux des Kinks, en passant par celles quasiment obligatoire des Troggs (dont « Love is all around » était une chanson phare de « Love actually »), la bande-originale du film est un véritable retour vers le passé. Les deux heures et quinze minutes passent aussi vite qu’un titre des Beach Boys. Pendant toute la durée du film, un vent de rébellion anime l’histoire à l’image de la rébellion musicale qu’a été le rock’n’roll. À la fin du visionnage de « Good Morning England », on se retrouve avec une furieuse envie d’écouter de la musique jusqu’à l’overdose, profitant ainsi de notre liberté à écouter ce que l’on veut … ce qui est le rêve commun de tous ces fous furieux de Radio Rock.

Avec « Good Morning England », Richard Curtis signe une ode à la musique britannique qu’il aime tant. Avec l’aide d’une scénario parfait à la virgule près et d’acteurs donnant tous leurs talents aux personnages, « Good Morning England » devient un de ces films qu’il est nécessaire d’avoir vu.

good-morning-england-affiche-fr

Good Morning England. De Richard Curtis. Avec Tom Sturridge, Bill Nighy, Nick Frost, Chris O’Dowd, Philip Seymour Hoffman, Rhys Ifan, …

Sortie en France le 6 mai 2009.

Publicités

5 réflexions sur “Flashback : «Good Morning England»

  1. Pingback: Dossier : Qui est Richard Curtis ? | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Au cinéma : | Ma Semaine Cinema

  3. Pingback: Au cinéma : «Il était temps» | Ma Semaine Cinema

  4. « Richard Curtis a ce talent pour écrire des personnages atypiques. Chacun de ceux de « Good Morning England » possède une spécificité, un caractère, qui le rend différent des autres et profondément marquant. »

    > TOTALEMENT, et quand le casting est à la hauteur c’est encore meilleur.
    Ce film est l’un de mes chouchous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s