Flashback

Flashback : «Love actually»

Après avoir écrit de nombreux scénarios pour les autres, Richard Curtis en écrit un pour lui qui lui permet de réaliser son premier long-métrage : « Love actually ». Pour un premier film, Richard Curtis fait des envieux avec son casting de prestige pour ce film choral avec entre autres Hugh Grant, Emma Thompson, Liam Neeson, ou encore Bill Nighy. Ce film marque d’ailleurs la quatrième collaboration entre Richard Curtis et Hugh Grant. « Love actually » sortait tout naturellement en France le 3 décembre 2013.

Synopsis : L’amour est partout, imprévisible, inexplicable, insurmontable. Il frappe quand il veut et souvent, ça fait pas mal de dégâts … En cette veille de Noël à Londres, ces vies et ces amours vont se croiser, se frôler et se confronter.

« Love Actually » est considéré par beaucoup, et par moi-même, comme le film choral par excellence et à juste titre. L’intelligence de l’écriture de ce film est la qualité principale pour ce film, comme c’est le cas à chaque fois pour un film de Richard Curtis. Si le film est choral, à aucun moment tous les personnages n’auront un véritable lien livrant un twist final surprenant et c’est tant mieux. En réalité, les personnages se croisent sans se rencontrer ou se connaître, quelques uns sont voisins, amis ou de la même famille. La seule chose qui les lie les uns aux autres est l’amour. En plus de cela, « Love actually » possède des dialogues écrient avec une finesse trop rare au cinéma et des situations à la limite du burlesque et du muet où les images parlent d’elles-mêmes. Les situations et les gags s’enchainent à un rythme qui fait que l’on ne s’ennuie jamais pendant les deux heures et dix-minutes du film. « Love actually » est un film au message et à la portée universelle.

Le véritable atout charme de « Love Actually » se trouve dans son casting. On y retrouve : Hugh Grant, Alan Rickman, Emma Thompson, Colin Firth, Liam Neeson, Bill Nighy, Rowan Atkinson, Andrew Lincoln, Martin Freeman, Keira Knightley et encore bien d’autres. Vous l’aurez compris, « Love actually » mise énormément sur ses acteurs et cela marche ! Chacun interprète un personnage complètement différent des autres, ce qui permet au spectateur, au vu des nombreux personnages, de s’attacher et de s’identifier à au moins un personnage du film. De plus, tous ces acteurs sont formidables, même dans les rôles plus mineurs. On reconnait certaines situations, persuadé qu’on les a vécu, ou l’on se dit que cela pourrait nous arriver tout autant … « Love Actually » parle de sentiment simple mais avec des personnages très originaux. Au passage, la danse du premier ministre, joué par Hugh Grant, sur la musique « Jump (for my love) » de Pointer Sisters est et restera un moment culte de cinéma encore longtemps !

Si la réalisation n’est jamais exceptionnelle mais reste correcte tout du long, Richard Curtis, qui n’a jamais caché son amour pour sa patrie britannique, ajoute à son film un côté très « british ». Que ce soit dans l’humour, dans la personnalité des personnages, ou tout simplement dans les décors, « Love actually » est un film purement anglais. De même, il ne va jamais tomber dans les clichés, marchant habillement sur la frontière de la caricature sans jamais n’en faire trop. C’est d’ailleurs lorsqu’il envoie un de ses personnages en Amérique, le temps d’une courte scène, que le film va être cliché et qu’il va sonner, pour l’unique fois, faux. Alors oui, c’est comme cela que les anglais voient les américains, ou plutôt les américaines, mais il n’empêche que pour nos yeux de français cela parait trop caricatural alors que le film avait échappé à cela jusque là. En dehors de cette scène, « Love actually » est un film juste dans ses propos, juste dans ses personnages, juste dans sa sensibilité.

« Love actually » est une comédie romantique très bien écrite et très juste. Son statut de film choral lui apporte un charme immense avec son casting cinq étoiles. Un pur régal, à regarder en famille, en amoureux, en amis … Bref, avec les gens que l’on aime.

1-affiche

Love actually. De Richard Curtis. Avec Hught Grant, Emma Thompson, Keira Knightley, Liam Neeson, Bill Nighy, Martin Freeman, Rowan Atkinson, …

Sortie en France le 3 décembre 2003.

Publicités

5 réflexions sur “Flashback : «Love actually»

  1. Pingback: Dossier : Qui est Richard Curtis ? | Ma Semaine Cinema

  2. Pingback: Au cinéma : | Ma Semaine Cinema

  3. Pingback: Au cinéma : « Il était temps » | Ma Semaine Cinema

  4. Pingback: 10 films pour une date : le 25 décembre | Ma Semaine Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s